Géofan svt
Amoureux de la Terre et de la Vie

TS Ch5 - Maîtrise de la procréation

N.B.Vous devez être capable d’analyser des documents concernant ces notions, mais il ne s’agit pas d’apprendre par cœur tous ces termes souvent très techniques.

Comment réguler les naissances ? Les espacer... Retarder la venue d’un enfant ? Favoriser la venue d’un enfant ?
Quels problèmes éthiques cela soulève-t-il ?

I- Régulation des naissances

II- Echecs de la régulation des naissances et méthodes abortives

II- Aide médicalisée à la procréation


NB : critères éthiques ( valeur indicative n’engageant que l’auteur de l’article) : e+ : respecte les deux significations de l’acte conjugal : union et procréation e- : ne respecte pas les deux significations de l’acte conjugal : union et procréation

I- Régulation des naissances


1) Méthodes d’auto-observation

Observation de cycles . Quels sont les signes observables de la fertilité ?

Ces méthodes sont basées sur l’observation du cycle féminin qu’elles ne modifient pas. Elles sont reconnues par l’OMS (organisation mondiale de la santé).
Le couple détermine, après observation, les périodes fertiles et infertiles du cycle. Il choisit les périodes d’union sexuelle en fonction de son projet (concevoir ou non un enfant).

a) Méthode Billings e+

Elle est basée sur la seule observation de la glaire cervicale. (période fertile du 1er jour de glaire vue ou ressentie jusqu’au 4e matin après le jour sommet^) (jour sommet : max de fluidité précédant une modification de la glaire) ^ 1-2-3-4ème matin.

b) Méthode sympto-thermique e+

Elle combine l’observation de la glaire cervicale et celle de la température.
(période fertile du 1er jour de glaire vue ou ressentie jusqu’au 3ème matin de température haute et stable).

2) Méthodes contraceptives

a) Méthode hormonale : pilule contraceptive e-

Doc B p339 Quels sont les effets de la pilule sur les sécrétions ovariennes, sur la glaire cervicale, sur la muqueuse utérine ?
Les pilules agissent en modifiant l’équilibre hormonal contrôlant le cycle sexuel féminin. Elles sont à base d’hormones de synthèse.

  • Pilule combinée : oestrogène + progestatif prise quotidienne 21jours arrêt 7jours, permet le retour des règles → ovulation bloquée → consistance de la glaire cervicale modifiée → muqueuse utérine rendant la nidation impossible
  • Micropilule : faible dose de progestatif → action sur la glaire cervicale et la muqueuse utérine → l’ovulation n’est pas bloquée

    La prise de pilule nécessite un suivi médical. Il existe des contre-indications : risques pour la santé surtout associée à la prise d’alcool et de tabac.

    b) Méthode locale e-

  • Stérilet ou DIU dispositif intra-utérin Il empêche la nidation de l’embryon. Il n’est posé qu’après une 1ère grossesse. Le stérilet présente des risques d’inflammation de l’utérus.
  • Préservatif, moins efficace que la pilule, il diminue les risques de transmission de certaines maladies MST et SIDA.

    Et si l’enfant survient ?

    II- Echecs de la régulation des naissances et méthodes abortives
    Quel sens donner à la vie ?

    1) Garder l’enfant e+
    Choix de nombreuses jeunes filles et femmes... et l’homme ? → solliciter l’aide de la famille → organismes d’aide aux futures mères

    2) "Pilule du lendemain" (Norlevo) e-
    Doc Norlevo quels effets ?
    Elle contient une forte dose de progestatif. Elle empêcherait l’ovulation et ne provoquerait pas d’avortement. Son efficacité est donc limitée. Elle présente des effets secondaires et des risques pour la santé (forte dose d’hormone), le danger est accentué par l’absence de suivi médical.
    dosage : 0.75mg lévonorgestrel soit l’équivalent de 2 plaquettes de microval

    3) Avortement (IVG) e-
    RU486 p340-341 ; Quel est le mode d’action de ce "contragestif" ?
    L’avortement n’est pas une interruption, mais un arrêt de la grossesse (elle ne reprend pas). Plus de 200 000 avortements chaque année en France : 1 pour 4 naissances.
    De nombreuses femmes vivent des situations de détresses consécutives à l’avortement (syndrome post-abortif, dépressions).

    L’avortement est pratiqué en France par aspiration de l’embryon ou de manière chimique ( RU486). Cette molécule de synthèse se fixe sur les récepteurs à la progestérone des cellules cibles utérines ; mais elle ne produit pas les effets de la progestérone. C’est un antagoniste de cette hormone. Cette pilule abortive ou contragestive déclenche les règles et l’élimination de l’embryon.

    Bilan partiel
    Ces situations d’échecs soulignent la nécessité de vivre une sexualité responsable qui allie amour-don de soi, fidélité et respect de la vie (la technique ne remplace pas l’amour).

    III- Aide médicalisée à la procréation

    1) Suivi de grossesse
    Doc p342-343
    Echographie : utilisation médicale des ultra-sons
    Elle permet d’observer la morphologie externe de l’embryon ainsi que la structure de ses organes.
    Analyse de sang maternel : suivi de la santé de la mère et de l’enfant, permet de déceler des maladies.
    Amniocentèse ou choriocentèse  : Il s’agit de prélever des cellules du foetus dans le cas de grossesse à risque pour déceler d’éventuelles anomalies. Un caryotype est effectué.

    e+ Si une thérapie ou des soins "in utero" sont possibles
    e- Souvent, seul l’avortement est proposé à titre préventif

     

    2) Infertilité et PMA (procréation médicalement assistée)

    a) Infertilité et MAO (méthodes d’auto-observation)

    Pour un couple ayant des difficultés à avoir un enfant, une bonne connaissance des périodes de fertilité et d’infertilité grâce aux méthodes d’auto-observation constitue une première solution.
    b) Causes d’infertilité
    Les causes d’infertilité des couples sont diverses. - déficit en spermatozoïdes, - pas d’ovulation ou "ovulation rapide" - obstacle à la rencontre des gamètes (obturation des trompes) - attention : le cannabis altère la spermatogénèse et l’ovulation.

    c) Les techniques de PMA

    Doc p344-347 Qu’est-ce que l’insémination artificielle ? ... la Stimulation ovarienne ? ...la fécondation in-vitro ?...l’’ I.C.S.I. ? ...la L.T.O.T. ? ...le D.P.I. ? Quels sont les problèmes soulevés par ces techniques ?

    - Insémination artificielle
    Sperme injecté dans l’utérus après le traitement
    e+ sperme du mari, prélevé après un rapport sexuel
    e- sperme d’un tiers

    - Stimulation ovarienne e+
    Traitement hormonal pour déclencher l’ovulation (il y a risque de grossesses multiples

    - Fécondation in vitro F.I.V.E.T.E. (fécondation in vitro et transplantation d’embryon) e-
    ovule ou sperme d’un tiers... mère porteuse... donneur décédé... embryons surnuméraires... anomalies des embryons congelés → "casse-tête juridique" → qui est le père ? →la mère ?

    - I.C.S.I. ( intra cytoplasmic sperm injection) e-
    Les spermatozoïdes sont injectés dans l’ovule sous le microscope ; par conséquent il n’y a pas de "tri" effectué par la glaire cervicale et les malformations sont fréquentes.

    - L.T.O.T. ( transfert d’ovule dans les trompes) e+
    Le rapport sexuel a lieu . La fécondation a lieu dans le corps de la femme.

    - D.P.I. (diagnostic pré-implantatoire) e-
    Ce diagnostique implique un tri génétique, mais selon quels critères ? C’est la dérive de l’eugénisme : les "anormaux" sont éliminés.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Auteur. Contact : ♡ 2011 par Geofan. Copier une œuvre est un acte d’amour. L’amour n’est pas assujetti à la loi. Merci de copier et partager.
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL