Géofan svt
Amoureux de la Terre et de la Vie

Ch2- Cerveau et vision

  • Comment le cerveau intervient-il dans la vision ?
  • Comment les drogues perturbent-elles la vision ?

1-L’élaboration d’une perception visuelle intégrée

Le cortex visuel primaire, situé dans la partie arrière du cerveau, correspond aux points d’entrée des messages nerveux issus des photorécepteurs rétiniens.

D’autres aires du cortex cérébral participent à la vision : elles sont spécialisées dans la reconnaissance des formes, des couleurs, des mouvements.

La vision résulte de l’intégration des informations issues de ces différentes aires visuelles en interaction avec la mémoire.

2-L’intervention de substances chimiques

Entre la rétine et le cortex visuel, et au sein des différentes aires corticales, le message nerveux est transmis par des neurones interconnectés. On appelle synapse la zone de connexion entre deux neurones.

 Structure et fonctionnement d'une synapse (S. Debiève - banque de schémas SVT Dijon)
Structure et fonctionnement d’une synapse (S. Debiève - banque de schémas SVT Dijon)

Le message nerveux qui circule le long d’un neurone est de nature électrique, mais entre deux neurones, au niveau d’une synapse, le message nerveux est transmis par l’intermédiaire d’une substance chimique appelée neurotransmetteur. La transmission synaptique nécessite que les molécules de neurotransmetteurs se fixent sur des récepteurs spécifiques.
Certaines substances chimiques, comme le LSD peuvent perturber la vision, provoquer des hallucinations et avoir d’autres conséquences graves sur le fonctionnement cérébral. De telles substances peuvent interférer avec la transmission synaptique du message nerveux, par exemple en se fixant sur les récepteurs à la place des neurotransmetteurs.

3-Apprentissage et plasticité cérébrale

La mise en place du phénotype cérébral impliqué dans la vision repose sur des structures présentes et fonctionnelles dès la naissance, identiques chez tous les individus de l’espèce.
Elles sont le résultat de l’expression de l’information génétique et sont issues de l’évolution.

La maturation du cortex cérébral s’effectue cependant également sous l’effet de l’expérience individuelle et de l’apprentissage. En effet, une caractéristique du fonctionnement cérébral est sa capacité à se remanier au cours de la vie ; c’est ce qu’on appelle la plasticité cérébrale.

La mémoire repose aussi sur la plasticité du cerveau : elle passe par la sollicitation répétée de circuits neuronaux, ce qui réactive des souvenirs précédemment encodés.


Mots clés

Plasticité cérébrale
Neurone
Neurotransmetteur
Récepteur
Synapse
Drogues

Cerveau et mémoire (C’est pas sorcier)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Auteur. Contact : ♡ 2011 par Geofan. Copier une œuvre est un acte d’amour. L’amour n’est pas assujetti à la loi. Merci de copier et partager.
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL