Géofan svt
Amoureux de la Terre et de la Vie

TS TP drosophile : localiser les gènes sur les chromosomes

La drosophile ou mouche à vinaigre est utilisée pour localiser les gènes sur les chromosomes. Elle a été rendue célèbre grâce aux travaux du généticien Thomas Morgan

Les gènes que l’on étudie sont-ils sur la même paire de chromosomes ou sur deux paires de chromosomes différentes ?

Nous étudierons le caractère (phénotype) "longueur des ailes" et le caractère "couleur des yeux".

Le caractère "longueur des ailes" résulte de l’expression du gène "longueur des ailes".
Ce gène possède deux versions ou allèles :

  • Allèle mutant ailes vestigiales : vg+
  • Allèle commun ailles longues : vg-

Le caractère "couleur des yeux" résulte de l’expression du gène "couleur des yeux".
Ce gène possède deux versions ou allèles :

  • Allèle mutant yeux blancs (white) : w+
  • Allèle commun yeux rouges : w-
Caractères observables de la drosophile
Caractères observables de la drosophile

La première étape consiste à obtenir deux lignées stables (pures) de mouches possédant les deux caractères que l’on veux étudier.

  • Exemple 1 : le caractère ailes vestigiales et le caractère yeux blancs (white). [vg+,w+].
    Ces mouches ne possèdent qu’une seule version de chaque gène sur leurs chromosomes, on dit qu’elles sont homozygotes pour chacun de ces deux gènes.
    C’est la lignée P1.
  • Exemple 2 : le caractère ailes longues et le caractère yeux rouges [vg-,w-].
    Ces mouches ne possèdent qu’une seule version de chaque gène sur leurs chromosomes, on dit qu’elles sont homozygotes pour chacun de ces deux gènes.
    C’est la lignée P2.
Les drosophiles se reproduisent rapidement
Les drosophiles se reproduisent rapidement

La deuxième étape consiste à croiser ces deux lignées de mouches.
P1 x P2 = F1

On obtient une lignée hybride dite F1, les mouches de cette lignée possèdent pour chaque gène un exemplaire de chaque version (allèle). On dit qu’elles sont hétérozygotes pour chacun de ces deux gènes.
Pourtant elles ont toutes le même aspect (phénotype) :
[vg+,w+]

Les allèles exprimés sont les allèles mutants on dit qu’ils sont dominants.
Les autres allèles sont présents sur les chromosomes mais ne s’expriment pas, ce sont les allèles récessifs.

Les gènes sont ils sur la même paire de chromosome (gène liés) ou sur deux paires de chromosomes différentes (gènes indépendants) ?

Gènes liés
Gènes liés
Gènes indépendants
Gènes indépendants

La troisième étape est le croisement test (test-cross), elle va permettre de répondre à cette question.
F1 x P2 = F2

Ce croisement consiste à hybrider la lignée de mouches que l’on veux étudier (ici F1) avec une lignée pure double récessive (P2).

Analyse des résultats :

On obtient quatre phénotypes :

  • [vg+,w+] (ailles vestigiales, yeux blancs) et [vg-,w-] (ailes longues, yeux rouges) qui sont les phénotypes parentaux.
  • [vg+,w-] (ailes vestigiales, yeux rouges) et [vg-,w+] (ailes longues, yeux blancs) qui sont les phénotypes recombinés. Ces nouveaux phénotypes obtenus indiquent qu’il y a eu un brassage génétique.
  • Si les phénotypes parentaux et les phénotypes recombinés sont équiprobables (25%, 25%, 25%, 25%), alors les gènes sont localisés sur deux paires de chromosomes différents, on parle de brassage interchromosomique réalisé en anaphase de première division de méiose.
  • Si les phénotypes parentaux et les phénotypes recombinés sont dans des proportions différentes (ex : 40%,40%,10%,10%), alors les gènes sont localisés sur la même paire de chromosomes, on parle de brassage intrachromosomique. Les gènes recombinés sont issus d’un crossing-over ou enjambement en prophase de première division de méiose.

Comment réaliser le comptage de drosophiles vivantes résultant d’un test-cross (croisement test) ?

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Auteur. Contact : ♡ 2011 par Geofan. Copier une œuvre est un acte d’amour. L’amour n’est pas assujetti à la loi. Merci de copier et partager.
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL