Géofan svt
Amoureux de la Terre et de la Vie

TS Ch 4 - La disparition des reliefs

  • Comment expliquer la disparitions des chaînes de montagnes ?
  • Comment les roches sont-elles dégradées ?
  • Que deviennent les produits de l’altération ?
  • Comment expliquer la présence en surface de roches continentales très anciennes ?

I - L’aplanissement des chaînes de montagnes

Les massifs anciens (Massif central, Massif armoricain et Vosges) sont les vestiges
d’anciennes chaînes de montagnes dont les reliefs étaient comparables à ceux d’une
chaîne récente (Alpes, Pyrénées). Ces différences d’altitude actuelles s’expliquent par la longue érosion subie par les massifs anciens. Différentes méthodes permettent d’estimer la vitesse d’érosion d’une chaîne de montagnes.

II - L’altération des roches

Les roches subissent une désagrégation physique et une Altération chimique. Différents agents sont responsables de la désagrégation mécanique des roches et donc d’une modification du relief : les principaux sont le gel, la glace, les variations de température et les végétaux. Le principal agent de l’altération chimique des roches est l’eau : de nombreux minéraux subissent une hydrolyse. La structure des minéraux (par exemple des feldspaths et des micas) est modifiée avec formation de nouveaux minéraux et libération d’ions qui peuvent être lessivés.

III - Transport et dépôt des produits issus de l’altération

L’eau est le principal agent de transport des éléments issus de l’altération des roches. Les ions sont transportés en solution, les particules en suspension. On définit la charge sédimentaire d’un cours d’eau comme l’ensemble des matières en suspension et des matières dissoutes qu’il peut transporter. Les matériaux transportés rejoignent finalement un bassin océanique où ils se déposent : sédimentation. On appelle flux sédimentaire la quantité de sédiments déposés dans un bassin en fonction du temps. À partir de l’estimation des flux sédimentaires pour les grands bassins fluviaux de la planète, il est possible d’évaluer approximativement le volume de roches enlevé chaque année aux continents.

Les produits de démantèlement sont transportés sous forme solide ou soluble, le plus souvent par l’eau, jusqu’en des lieux plus ou moins éloignés où ils se déposent (sédimentation).

IV - L’intervention de phénomènes tectoniques

La mise à l’affleurement de roches formées en profondeur il y a des centaines de millions d’années n’est pas le seul fait de l’érosion. En effet, à mesure que l’érosion « allège » la chaîne de montagnes, la croûte continentale profonde remonte par réajustement isostatique. La baisse d’altitude engendrée par l’érosion est ainsi en grande partie compensée par la remontée isostatique. Vers la fin du processus de convergence, la compression étant très réduite, la chaîne de montagnes a tendance à s’effondrer dans sa région centrale par le jeu de nombreuses failles normales.

Bilans : granite, gabbro, basalte, péridotite ; le modèle de la tectonique des plaques ; volcanisme, recyclage des matériaux de la croûte ; notions d’érosion, transport, sédimentation.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Auteur. Contact : ♡ 2011 par Geofan. Copier une œuvre est un acte d’amour. L’amour n’est pas assujetti à la loi. Merci de copier et partager.
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL