Géofan svt
Amoureux de la Terre et de la Vie

TS Ch 4 - Un regard sur l’évolution de l’Homme

  • Quelles sont les différences génotypiques et phénotypiques entre l’Homme et les grands singes, le Chimpanzé en particulier ?
  • Quelles caractéristiques définissent le groupe des primates, auquel l’Homme appartient ?
  • Quels sont les caractères propres au genre humain ?
  • Que nous apprend l’étude des primates fossiles, notamment ceux que l’on intègre dans le genre humain ?

I - Des espèces étroitement apparentées

L’Homme partage de nombreux caractères anatomiques et morphologiques avec les grands singes. Comme lui, ils ont une vie sociale impliquant une communication entre les congénères. Leur répertoire locomoteur est varié, intégrant le grimper et, à des degrés divers, la marche quadrupède ou bipède.

D’un point de vue génétique, l’Homme est très proche du Chimpanzé. L’Homme et le Chimpanzé partagent un ancêtre commun récent. La divergence entre les deux lignées remonte à -7 à -6 millions d’années environ. L’acquisition du phénotype propre à chacune de ces deux espèces s’effectue au cours du développement. L’intensité et la durée d’expression de certains gènes intervenant dans le développement expliquent les différences observées.

II - L’histoire évolutive de l’Homme fait partie de celle des primates

Les primates forment un groupe de mammifères ayant des caractéristiques qui leur sont propres, comme par exemple la possession d’un pouce opposable aux autres doigts. Les premiers primates datent de -65 à -50 millions d’années environ. Différents innovations génétiques jalonnent l’histoire évolutive des primates. Le partage de caractères dérivés, résultant des ces innovations, permet de situer la place de l’Homme dans l’histoire des primates.

III - Des stades préhumains

Les caractères propres à la lignée humaine sont des caractères crâniens (volume cérébral important, face plane, etc.) et des caractères liés à la bipédie (trou occipital centré, bassin large et court, fémurs obliques, etc.). Plusieurs stades préhumains, aujourd’hui disparus, ont existé depuis le dernier ancêtre commun entre l’Homme et le Chimpanzé. Les Australopithèques notamment, forment un groupe de bipèdes ayant vécu entre -4 et -1,5 Ma*.

IV - La diversité du genre Homo

Le genre humain regroupe l’Homme actuel et plusieurs autres espèces fossiles. Ces espèces sont caractérisées par une bipédie très accomplie, permettant la marche mais aussi la course. Le développement cérébral important est associé à l’utilisation d’outils en pierre taillée de plus en plus sophistiqués. Le genre Homo émerge en Afrique, il y a 2 Ma environ. Homo erectus quitte le berceau africain et colonise l’Asie, le Proche-Orient et l’Europe.

Les néandertaliens se distinguent de l’Homme moderne par quelques caractères anatomiques. Ils s’éteignent en Europe, il y a 30 000 ans. Notre espèce, Homo sapiens, apparaît en Afrique, il y a 200 000 ans environ : elle colonise à nouveau la planète et reste la seule espèce du genre Homo.

Bilan

D’un point de vue génétique, l’Homme et le chimpanzé, très proches, se distinguent surtout par la position et la chronologie d’expression de certains gènes. Le phénotype humain, comme celui des grands singes proches, s’acquiert au cours du développement pré et postnatal, sous l’effet de l’interaction entre l’expression de l’information génétique et l’environnement (dont la relation aux autres individus).

Les premiers primates fossiles datent de - 65 à -50 millions d’années. Ils sont variés et ne sont identiques ni à l’Homme actuel, ni aux autres singes actuels. La diversité des grands primates connue par les fossiles, qui a été grande, est aujourd’hui réduite.
Homme et chimpanzé partagent un ancêtre commun récent. Aucun fossile ne peut être à coup sûr considéré comme un ancêtre de l’homme ou du chimpanzé.

Le genre Homo regroupe l’Homme actuel et quelques fossiles qui se caractérisent notamment par une face réduite, un dimorphisme sexuel peu marqué sur le squelette, un style de bipédie avec trou occipital avancé et aptitude à la course à pied, une mandibule parabolique, etc. Production d’outils complexes et variété des pratiques culturelles sont associées au genre Homo, mais de façon non exclusive. La construction précise de l’arbre phylogénétique du genre Homo est controversée dans le détail.

En lien : animation Flash (Claude Perrin) sur l’évolution de l’Homme (cliquer sur suite pour voir l’arbre se construire)
En téléchargement logiciel la lignéee Humaine de Pierre Perez

Mots clés


Primate
Pouce opposable
Arbre phylogénétique
Ancêtre commun
Caractère dérivé
Bipédie
Trou occipital

*1Ma = 1 million d’années

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Auteur. Contact : ♡ 2011 par Geofan. Copier une œuvre est un acte d’amour. L’amour n’est pas assujetti à la loi. Merci de copier et partager.
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL